Page:NRF 7.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


19

��HUMORESQUES I

he notaire^ le cousin et le poète

Vous font un trio d'amoureux, ô très chère ;

Et si parfois vous rêvez peut-être

Du rêveur qui vous adore comme pas un.

Vous le laissez simplement se morfondre

Pour tendre la main aux écus du notaire

Et la joue aux baisers du cousin :

Ainsi va le monde.

Et cependant que votre mari

Qui se croit assuré contre le pire

Promène sa faconde.

Vous V encornez et chacun rit ;

Il ny a que moi seul, très chère, qui soupire

Ainsi va le monde.

�� �