Page:NRF 7.djvu/268

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


262 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

VIOLAINE. — Mais dites-moi d'abord une fois encore que vous m'aimez.

JACQUES HURY. — Je vous aime !

VIOLAINE. — Et que je suis votre dame et votre seul amour ?

JACQUES HURY. — Ma dame, mon seul amour.

VIOLAINE. — Dis, Jacques, ni mon visage ni mon âme ne t'ont suffi et ce n'est pas assez ^

Et moi aussi, t'es-tu laissé prendre à mes hautes paroles . connais le feu dont je suis dévorée !

Connais -la donc, cette chair que tu as tant aimée!

Venez plus près de moi.

(Mouveme»!)

Plus près ! plus près encore 1 tout contre mon côté. Asseyez-vous sur ce banc.

(Silence) Et donnez-moi votre couteau.

(Il lui donne son couteau. Elle fait une incision dans F étoffe de lin sur son flanc^ à la place qui est sur le cœur et sous le sein gauche^ et, pen- chée sur luiy des mains écartant r ouverture j elle lui montre sa chair où la première tache de lèpre appa- raît. Silence)

�� �