Page:NRF 7.djvu/267

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 261

averti et vous voulez me prendre pour femme, et vous ne vous laisserez pas écarter de votre dessein ?

JACQUES HURY. — Oui, Violaine.

VIOLAINE. — Qui a pris une épouse, ils ne sont plus qu'une âme en une seule chair et rien ne les séparera plus.

JACQUES HURY. — Oui, Violaine.

VIOLAINE. — Vous le voulez 1 II ne convient donc plus que je réserve rien et que je garde pour moi davantage Ce grand, cet ineffable secret.

JACQUES HURY. — Encore ce secret,

Violaine .

VIOLAINE. — Si grand, Jacques, en vérité

Que votre cœur en sera rassasié.

Et que vous ne me demanderez plus rien.

Et que nous ne serons plus jamais arrachés l'un

à l'autre.

Une communication si profonde

Que la vie, Jacques, ni l'enfer, ni le ciel même

Ne la feront plus cesser, ni ne feront cesser à

jamais ce

Moment où je vous l'ai révélé dans la Fournaise de ce terrible soleil ici présent qui

nous empêchait presque de nous voir le visage !

JACQUES HURY. — Parle donc 1

�� �