Page:NRF 7.djvu/297

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE THEATRE 29I

Vous aviez contre nous la haine, pauvres hommes ; Nous sommes des enfants, nous n^ avons que V amour !

Et l'on ne sort des sucreries que pour tomber dans les con- cetti. Je ne m'offusque ni des fées, fleurs de subconscience, ni de leur manteau bleu couleur de sensibilité. Mais que vient faire dans cette " petite féerie pour les enfants " l'examen d'histoire naturelle où Charles trouve pour définir chaque animal une pointe ingénieuse et livresque ?

Old Nick

Le ver de terre ?

Charles

Etait amoureux d'une étoile. Et de ce fl)l amour naquit le ver luisant.

Non, non ! On ne lit pas Rwf Blas à sept ans. Toute pièce

    • pour les enfants " doit sans pédanterie ni moralisme, mais

par simple délicatesse de tact respecter d'abord l'intégrité des enfants. Or les auteurs du Bon petit diable ne semblent s'adresser à eux que pour autoriser la puérilité de leur fantaisie. Ils jouent d'un jeu dont ils violent les règles. C'est peut-être grossir bien la voix au sujet d'une " petite féerie ". Mais qu'on commence par ne plus offrir, en matinée, cette confiture musquée à cinq cents marmots. Tant pis si, le soir, les grandes personnes la trouvent insipide.

��Les Frères Lambertier, troisième spectacle inédit de l'Odéon, ne se distingueraient guère des pièces qu'on donne ailleurs en soirée, si le choix du sujet ne nous avertissait que nous sommes loin des Boulevards. L'adultère absorbe toutes les forces vives de notre art dramatique ; d'immenses réserves de sentiments restent inexplorées, inconnues, comme interdites. Sentiments fraternels, filiaux, voire conjugaux n'ont, dirait-on, le droit de paraître à

�� �