Page:NRF 7.djvu/309

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 303

page un chemin plus choisi, plus régulier et plus studieux que celui des astres ! Figures pareilles à des majuscules ornées ! Peinture exacte comme un relevé et où chaque ton, avec sa hardiesse fleurie, est posé ainsi qu'une lente lettre pleine d'antiquité ! Un spectacle s'est détaché de la nature et sous l'influence d'un génie docile, soigneux et souriant, est entré dans un réseau de lignes éternelles, comme un navire que capti- veraient les lianes d'îles merveilleuses.

J. R.

��EXPOSITION DE DESSINS, D'EAUX-FORTES ET DE LITHOGRAPHIES DE FRANK BRANGWYN {GaU-

rie DuranJ-Ruel).

Il semble qu'il n'y ait rien à dire d'une œuvre réussie. Ce n'est pas que l'admiration exclue le commentaire. Mais si l'artiste a tout dit et qu'il se soit entièrement exprimé par les seules ressources de son art, dès lors aucune transposition n'est possible, ni aucune interprétation. Seule est requise notre sen- sibilité et le miracle de notre assentiment s'opère par la plus subtile suggestion.

Il semble bien que Brangwyn nous offre le spectacle et la leçon d'une telle réussite. Je pourrais presque dire qu'il se réalise trop. Si abouti est son dessein, si parfaite sa volonté que rien ne nous achoppe. Aucune fissure par où pénétrer aa cœur de l'homme, aucun tremblement de la main qui le révèle. Ici le pathétique est tout objectif, encore que roman- tique parfois — et j'entends par ce romantisme le choix impli- cite et partial de ce qui peut susciter l'émotion immédiate. — Ici pourtant s'exprime seule, non pas l'artiste, mais sa volonté. Le lyrisme lui-même est concerté, prévu l'emportement.

Je distingue dans Brangwyn une imagination puissante, jamais débordante, toujours matée par une sévère logique et par un amour calme de praticien, de bon ouvrier pour son

�� �