Page:NRF 7.djvu/337

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE LOISIR DE CAGLIARI 331

Il faudrait s'arrêter si l'on ne songeait qu'à l'actualité, mais à continuer on éprouvera une joie malicieuse devant cette observation et l'expression qui l'inscrit :

Zelmis^ qui était auprh de la belle Provençale quand il apprit cette nouvelle^ ne fit aucune réflexion au péril qui le menaçait ; et comme il ne connaissait d'autre malheur que celui de ne pas la voir, il crut qu'il n avait rien à craindre tant quil serait avec elle. Le capitaine^ qui n était point amoureux comme luiy s'inquiétait davantage.

Nous sommes toujours sensibles aux histoires d'amour tout en nous en moquant un peu surtout lorsque nous-mêmes faisons pire ! J'ai indiqué la source historique. J'allais vous conter le roman. Sainte-Beuve en donna l'analyse d'une très alerte façon dans la Causerie du Lundi 4 Octobre 1852. Je vous y renvoie. D'ailleurs ce ne serait que répéter, avec quelques différences (il n'y a pas le voyage à Constantinople), les faits rappelés plus haut. Mais si je vous renvoie à Sainte-Beuve c'est que son article débute par un gémissement sur les Français qui sont de moins en moins gais — déjà ! Et cette considération pessimiste me paraît devoir mettre en garde contre la manie de ne pas trouver son temps le meilleur qui soit puisque pour nous c'est le seul réel.

Revenons à la Provençale, en ses détails. Je veux vous en faire goûter quelques-uns.

�� �