Page:NRF 7.djvu/341

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE LOISIR DE CAGLIARI 335

connaître dans son texte de Regnard ; elle est l'armature du dénouement, un peu inattendu, de FAmphisbène, le dernier roman de M. Henri de Régnier — si du moins du feuilleton au livre il ne change pas. Ah ! V Amphishene^ c'est une somme de définitions de l'amour, et... Mais allons retrouver Zelmis, amoureux d'Elvire mariée à de Prade, naviguant sur la Méditerranée, et couchant tous trois dans la chambre du capitaine.

Je ne vous assurerai points Mesdames^ si la joie qu'eut Zelmis de se sentir auprès de sa maîtresse fut plus grande que le dépit qiCil eut de la savoir si proche de son mari. Ce qu'il y a de certain c^est qu'il passa la nuit dans des agitations terribles... La belle provençale^ de son coté^ ne passa gu^re tranquillement la nuit ; elle roulait dans son esprit cent pensées différentes... De Prade étant un homme tel que je vous T ai dépeint^ vous imaginerez aisément quil passa une aussi mauvaise nuit auprh de sa femme^ quun autre y en aurait passé une agréable. Et quoique ces trois personnes eussent des intérêts bien différents^ ils étaient tous néanmoins tourmentés de la même passion. De Prade était jaloux par tempérament^ Elvire par amour ^ et Zelmis par occasion.

Ce fut au lendemain de cette nuit qu'eut lieu la prise par les Barbaresques. Zelmis se conduit avec un courage qui anime aussi Elvire puisqu'on peut à peine l'empêcher de venir rejoindre son époux et son amant sur le tillac pour combattre avec eux. Prisonnière elle demeure entre les mains de Mustapha, qui est un brigand chevaleresque : elle

�� �