Page:NRF 7.djvu/370

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


364 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

VIOLAINE. — Il ne l'est pas devenu plus pour moi que n'est le reste.

MARA, ironiquement. — Il est avec toi, petite colombe, et II t'aime .

VIOLAINE. — Comme avec tous les misé- rables. Lui-même.

MARA. — Certes son amour est grand 1

VIOLAINE. — Comme celui du feu pour le bois quand il prend.

MARA. — 11 t'a durement châtiée.

VIOLAINE. — Pas plus que je ne l'avais mérité.

MARA. — Et déjà celui à qui tu avais livré ton corps, t'a oubliée,

VIOLAINE. — Je n'ai pas livré mon corps !

MARA. — Douce Violaine 1 menteuse Vio- laine ! ne t'ai-je point vu tendrement embrasser Pierre de Craon ce matin d'un beau jour de Juin .?

VIOLAINE. — Tu as vu tout et il n'y a rien d'autre.

MARA. — Pourquoi donc le baisais-tu si précieusement }

VIOLAINE. — Le pauvre homme était lépreux, et moi, j'étais si heureuse ce jour-là !

MARA. — En toute innocence, n'est-ce pas ^

�� �