Page:NRF 7.djvu/380

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


374 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

MARA. — Mais il est écrit que tu peux souffler sur cette montagne et la jeter dans la mer.

VIOLAINE. — Je le puis, si je suis une sainte.

MARA. — Il faut être une sainte quand une misérable te supplie.

VIOLAINE. — Ah, suprême tentation 1 Je jure, et je déclare, et je proteste devant Dieu que je ne suis pas une sainte !

MARA. — Rends-moi donc mon enfant.

VIOLAINE. — Mon Dieu, vous voyez mon cœur 1

Je jure et je proteste devant Dieu que je ne suis pas une sainte !

MARA. — Violaine, rends-moi mon enfant !

VIOLAINE. — Pourquoi ne me laisses-tu pas en paix ? pourquoi viens-tu ainsi me tourmenter dans ma tombe ?

Est-ce que je vaux quelque chose . est-ce que je dispose de Dieu ? est-ce que je suis comme Dieu ?

C'est Dieu même que tu me demandes déjuger.

MARA. — Je ne te demande que mon enfant seulement.

(Pause.) VIOLAINE, levant le doigt. — Écoute.

[Silence. Cloches au loin presque im- perceptibles)

�� �