Page:NRF 7.djvu/386

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


380 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

VOIX DES ANGES, entendue de la seule VIO- LAINE^ comme précédemment :

CHŒUR. — O magnum mysterium et admi- rabile sacramentum ut animalia viderint Domi- num natum jacentem in prœsepio ! Beata Virgo cujus viscera meruerunt portare Dominum Christum.

VOIX SEULE. — Ave, Maria, gratia plena, Dominus tecum.

CHŒUR. — Beata Virgo cujus viscera meruerunt portare Dominum Christum.

{Pause)

M ARA. — Violaine, je ne suis pas digne de lire ce livre !

Violaine, je sais que je suis trop dure et j'en ai regret : je voudrais être autrement.

VIOLAINE. — Lis, Mara. Tu ne sais qui chante le répons.

{Silence)

MARA, avec un effort, reprenant le livre, dune voix tremblante. —

Lecture du Saint Evangile selon S* Luc {Elles se lèvent toutes deux)

En ce temps là l'édit fut issu de César Auguste que toute la terre fût mise par écrit.

�� �