Page:NRF 7.djvu/454

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


44^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

trouvera-t-il pour voir, avec M. Barre, dans Régnier, un éclectique qui " rappelle Vigny, Musset, Hérédia et Rostand " !

Un tableau du symbolisme ne se comprend pas sans un chapitre étudié sur la question du vers, ou plutôt sur les questions délicates de rythmique et de métrique qui se sont posées autour des formes poétiques nouvelles. Toutes les obser- vations de M. Barre sur ce sujet tiennent dans le chapitre consacré à M. Gustave Kahn. C'est insuffisant. Il eût été au moins aussi important d'étudier la technique de M. Viélé- Griffin. Quant à l'invention du vers libre, je ne contredis pas aux droits de priorité que M. Barre reconnaît à M. Gustave Kahn. Mais il est un peu comique de lui voir discuter sérieuse- ment la mystification de Mendès et de son misérable Rapport, découvrant dans le Péruvien délia Rocca de Vergalo le père authentique du vers libre. " Délia Rocca de Vergalo, répond gravement M. Barre, a seulement tenté comme beaucoup d'étrangers de transplanter dans notre langue les règles proso- diques et grammaticales de la langue péruvienne. " (page 335.) La prosodie et la grammaire du péruvien, cette langue sœur de l'autrichien, du suisse et du brésilien, ont-elles été étudiées de si près que cela par M. Barre ?

La conclusion, sur le bilan du symbolisme, est écrite avec un effort louable sinon de critique, du moins d'impartialité. Mais les défauts d'information qui sont dans le livre se retrouvent dans sa conclusion et y font masse. M. Barre estime que le symbolisme a tenté une quadruple réforme, poétique, proso- dique, syntaxique, lexicographique. Il me paraît les apprécier de façon très inexacte.

La première est la seule où il reconnaisse que les symbolistes aient réussi. " Ils ont, nous dit-il, introduit dans la poésie le sentiment de l'inconscient, l'idée du mystère. " Ils ont " ouvert à l'inspiration des routes qu'aucun voyageur n'avait encore foulées. Ils renouvelaient le lyrisme en l'élargissant ; ils trans- formaient l'esthétique en offrant à l'art des matériaux absolu-

�� �