Page:NRF 7.djvu/496

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


490 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

intime qui, nous le savons maintenant, peut s'élever en lui ? En tout cas qu'il ne cède plus à cet affreux lyrisme bavard qui encombre de couplets artificiels trop d'endroits de sa pièce. Qu'il ne fasse plus jamais dire à un collégien : " Sa maman, c'est en vers qu'on pense à elle. " L'inauthenticité peut se pallier, chez les adultes, de mille apparences de vérité, mais chez les enfants elle se trahit dès le premier mot. L'esprit peut, à cet âge, être déjà gâté de pensées factices, le langage reste protégé par une sorte de timidité. M^^'® Lavallière nous égaie fort en outrant l'argot et les blagues du jeune Geo. Elle ne peut donner de l'accent à cette figure que dans la mesure où elle la fait détoner et où ce gavroche n'a plus aucun point commun avec l'honnête famille dont il fait partie. Elle sauve le premier acte ; elle ne parvient pas à nous faire illusion sur le vide des deux autres.

Jean Schlumberger.

�� �