Page:NRF 7.djvu/542

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


^2^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

PIERRE DE CRAON. — Je l'ai trouvée à demi enterrée dans ma sablonnière, là où je vais chercher ce qu'il faut

Pour mes fours à verre et mêmement le mortier,

A demi enfouie sous une grande charretée de sable, sous une charrette mise à cul dont on avait retiré le tacot.

Elle vit encore. C'est moi qui ai pris sur moi de vous la mener

Ici.

JACQUES HURY. — Pourquoi ici }

PIERRE DE CRAON. — Qu'elle meure du moins sous le toit de son père !

JACQUES HURY. — Il n'y a de toit ici que le mien.

PIERRE DE CRAON. — Jacques, voici Vio- laine.

JACQUES HURY. — Je ne connais point de Violaine.

PIERRE DE CRAON. — N'avez-vous rien entendu

De la Lépreuse de Chevoche ?

JACQUES HURY. — Que m'importe ? Vous autres lépreux, râclez-vous vos ulcères les uns aux autres.

PIERRE DE CRAON. — Je ne suis plus lépreux, il y a déjà longtemps que je suis guéri.

�� �