Page:NRF 7.djvu/546

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


540 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

VIOLAINE. — Trompé? non, cette fleur d'argent à mon côté ne mentait pas.

JACQUES HURY. — Que pouvais-je croire,

Violaine ^

VIOLAINE. — Si vous aviez cru en moi, Qui sait si vous ne m'auriez pas guérie ?

JACQUES HURY. — Ne devais-je pas croire à mes yeux .?

VIOLAINE. — Il est vrai. Vous deviez croire à vos yeux, cela est juste.

On n'épouse pas une lépreuse. On n'épouse pas une infidèle.

Ne regrette rien, Jacques. Va, cela est mieux ainsi.

JACQUES HURY. — Vous saviez que Mara m'aimait ?

VIOLAINE. — Je le savais. Ma mère même me l'avait dit.

JACQUES HURY. — Ainsi tout s'est ligué avec elle contre moi !

VIOLAINE. — Jacques, il y a déjà assez de douleur au monde.

Il vaut mieux ne pas être la cause d'une grande douleur aux autres, le voulant.

JACQUES HURY. — Que faites-vous de la mienne ?

�� �