Page:NRF 7.djvu/545

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 539

Jacques, il faut me croire. Je le jure devant Dieu qui nous voit !

Je n'ai point fait le mal avec Pierre de Craon.

JACQUES. — Pourquoi donc l'avez-vous embrassé ?

VIOLAINE. — Ah, il était si triste et j'étais si heureuse !

JACQUES. — Je ne vous crois pas.

(£//<? lui met la main un moment sur la tête)

VIOLAINE. — Est-ce que vous me croyez à

présent }

(Il se cache le visage dans sa robe et sanglote sourdement)

JACQUES HURY. — Ah, Violaine! cruelle

Violaine !

VIOLAINE. — Non point cruelle, mais douce, douce Violaine !

JACQUES HURY. — Il est donc vrai? oui, c'est moi seul que vous aimiez?

(^Silence. Elle lui donne son autre main)

VIOLAINE. — Jacques, sans doute c'était trop beau et nous aurions été trop heureux.

JACQUES HURY. — Vous m'avez cruelle- ment trompé !

�� �