Page:NRF 7.djvu/549

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 543

choses se consument sur le feu d'un cœur qui brûle.

JACQUES HURY. — La délivrance est proche.

VIOLAINE. — Bénie soit donc la main qui l'autre nuit m'a conduite !

JACQUES HURY. — Quelle main .?

VIOLAINE. — Comme je revenais de cher- cher ma nourriture,

Cette main silencieusement qui a pris la mienne et qui m'a conduite.

JACQUES HURY. — Où ?

VIOLAINE. — Où Pierre de Craon m'a

trouvée.

Sous un grand tas de sable, la charge de toute une charrette sur moi renversée. M'y suis-je mise toute seule .?

JACQUES HURY, se levant. — Qui a fait cela } Sang Dieu ! qui a fait cela }

VIOLAINE. — Je ne sais. Peu importe. Ne jure pas.

JACQUES HURY. — Je tirerai cela au clair.

VIOLAINE. — Mais non, tu ne tireras rien au

clair.

JACQUES HURY. — Dis tout !

�� �