Page:NRF 7.djvu/558

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


^^2 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

JACQUES HURY. — Quoi, pas même ce dernier devoir envers vous ?

VIOLAINE. — Non. Il n'est pas convenable que vous me touchiez.

Appelez Pierre de Craon.

Il a été lépreux, bien que Dieu l'ait guéri. 11 n'a point horreur de moi.

Et je sais que je suis comme un frère pour lui et la femme n'a plus de pouvoir sur son âme.

{JACQUES HURY sort, et re- vient, quelques moments après, avec PIERRE DE CRAON. Elle ne dit plus rien. Tous deux la regar- dent en silence^

VIOLAINE. — Jacques !

JACQUES HURY. — Violaine !

VIOLAINE. — Est-ce que l'année a été bonne et le blé bien beau .

JACQUES HURY. — Tant qu'on ne sait plus où le mettre.

VIOLAINE. — Ah !

Que c'est beau une grande moisson ! Oui, même maintenant je m'en souviens et je trouve que c'est beau.

JACQUES HURY. — Oui, Violaine.

VIOLAINE. — Que c'est beau

�� �