Page:NRF 7.djvu/559

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 553

De vivre ! {tout bas, avec une profonde ferveur) et que la gloire de Dieu est immense !

JACQUES HURY. — Vis donc et reste avec nous.

VIOLAINE. — Mais que c'est bon aussi de mourir ! Alors que c'est bien fini et que s'étend sur nous peu à peu

L'obscurcissement comme d'un ombrage très obscur.

{Silence)

PIERRE DE CRAON. — Elle ne dit plus un mot.

JACQUES HURY. — Prenez-la. Portez-la où je vous ai dit.

Car pour moi, elle ne veut point que je la touche.

Bien doucement! Doucement, doucement, je vous dis. Ne lui faites point de mal,

{Ils sortent, PIERRE portant le corps. La porte reste ouverte. Longue pause)

SCÈNE IV

{Apparaît sur le seuil de la porte ANNE VERCORS, en costume de voyageur, le bâton à la main et un sac en bandoulière)

ANNE VERCORS. — Ouverte ?

�� �