Page:NRF 7.djvu/564

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SS^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Qui remplit tout entière la main du vigneron, la main qu'on enfonce sous le pampre !

Déjà

Et le Scorpion oblique et le Sagittaire rétro- grade

Ont paru sur le cadran nocturne.

ANNE VERCORS. — Laisse le vieillard jouir de la saison chaleureuse ! O lieu vraiment béni ! 6 Sein de la Patrie ! ô terre reconnaissante et fé- condée !

Les chars qui passent par le chemin Laissent de la paille après les branches chargées de fruits !

JACQUES HURY. — O Violaine ! ô cruelle Violaine ! désir de mon âme, tu m'as trahi !

O détestable jardin ! ô amour inutile et méconnu! Jardin à la maie heure planté !

Douce Violaine ! perfide Violaine ! ô silence et profondeur de la femme !

Etes-vous donc tout-à-fait partie, mon âme ?

M 'ayant trompé, elle s'en va ; et m'ayant dé- trompé, avec des paroles mortelles et douces.

Elle part, et moi, avec ce trait empoisonné, il va falloir

Que je vive et continue ! comme la bête qu'on prend par la corne, lui tirant la tête de la crèche.

Comme le cheval qu'au soir on détache du palonnier en lui frappant sur la croupe !

�� �