Page:NRF 7.djvu/576

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SJO LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Voici que je me suis scandalisé comme un Juif parce que la face de l'Eglise est obscurcie et parce qu'elle marche en chancelant son chemin dans l'abandon de tous les hommes.

Et j'ai voulu de nouveau me serrer contre le tombeau vide, mettre ma main dans le trou de la croix.

Mais ma petite fille Violaine a été plus sage.

Est-ce que le but de la vie est de vivre ? est-ce que les pieds des enfants de Dieu seront attachés à cette terre misérable .?

11 n'est pas de vivre, mais de mourir, et non point de charpenter la croix mais d'y monter, et de donner ce que nous avons en riant !

Là est la joie, là est la liberté, là la grâce, là la jeunesse éternelle ! et vive Dieu si le sang du vieillard sur la nappe du sacrifice près de celui du jeune homme,

Ne fait pas une tache aussi rouge, aussi fraîche que celui de l'agneau d'un seul an !

O Violaine ! enfant de grâce ! chair de ma chair ! Aussi loin que le feu fumeux de ma ferme l'est de rétoile du matin,

Quand cette belle vierge sur le sein du soleil pose sa tête illuminée.

Puisse ton père tout en haut te voir pour l'éter- nité à cette place qui t'a été réservée !

Vive Dieu si oii passe ce petit enfant le père ne passe aussi 1

�� �