Page:NRF 7.djvu/584

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


57 8 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Ma femme est morte. Violaine est morte. Cela est bien.

Je ne désire plus tenir cette frêle vieille main ridée. Et pour Violaine, à huit ans, quand elle venait se jeter contre mes jambes.

Comme j'aimais ce petit corps robuste ! Et peu à peu l'impétueuse gaminerie de la rieuse

S'était fondue dans l'attendrissement de la jeune fille, dans la peine et le poids de l'amour, et déjà quand je suis parti.

Je voyais dans ses yeux parmi les fleurs de ce printemps s'en lever une inconnue.

PIERRE DE CRAON. — La vocation de la mort comme un lys solennel.

ANNE VERCORS. — Bénie soit la mort en qui toute pétition du Pater est comblée.

PIERRE DE CRAON. — Pour moi c'est dès cette vie que d'elle-même et de ses lèvres inno- centes

J'ai reçu libération et congé.

{Le soleil est dans la partie gauche du ciel, à la hauteur d'un grand arhré)

ANNE VERCORS. — Voici le soleil dans le ciel.

Comme il est sur les images quand le Maître réveille l'ouvrier de la Onzième Heure.

�� �