Page:NRF 7.djvu/585

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 579

(0« entend craquer la porte de la grange) JACQUES HURY. — Qu'est-ce que cela ?

ANNE VERCORS. — C'est la paille qu'on va chercher dans la grange

Pour mettre au fond de la fosse.

{Silence. — Bruit de battoir au loin) VOIX D'ENFANT AU DEHORS :

Marguerite de Paris!

Prête-moi tes souliers gris !

Pour aller en paradis !

Qui fait beau !

Qui fait chaud !

J'entends le petit oiseau !

Qui fait pi i i i !

JACQUES HURY. — Ce n'est point la porte de la grange, c'est le cri de la tombe qui s'ouvre !

Et m'ayant regardé de ses yeux aveugles celle que j'aimais passe de l'autre côté.

Et moi aussi je l'ai regardée comme un aveugle et sans preuves je n'ai point douté,

Je n'ai point douté de celle qui l'accusait.

J'ai fait mon choix, et celle que j'ai choisie,

Elle m'a été donnée. Que dirai-je ? Cela est bien ainsi.

Cela est bien ainsi.

Le bonheur n'est point pour moi, mais le désir ! il ne me sera pas arraché.

�� �