Page:NRF 7.djvu/723

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 7^7

possède un large sens décoratif et ses grands panneaux ont de quoi séduire. Je crois pourtant que son vrai talent est plus secret et qu'il réside davantage dans certaines toiles moins ambitieuses, peut-être même moins réussies dans l'ensemble. Mieux que les Odalisques, que VHommage à Florian ou à Gérard de Nervalj dont je ne veux pas nier l'acide poésie, j'aime ces natures mortes savoureuses. Les Roses ou Les Pêches, d'une matière si légère et si fraîche, malgré son opaque épaisseur... cette Loge à r Opéra dont la figure centrale est si délicatement, si féminine- ment admirable... et surtout ce buste de Jeune Femme indécis et charmant ainsi qu'un Berthe Morizot. N'y a-t-il pas là l'in- dication d'un ordre plus spontané et plus varié de recherches, où nous verrions avec joie M™* Marval s'engager, si tant est qu'elle consentît à renoncer à l'esthétique " style d'abord " qu'elle semble avoir adoptée ? Le stj'le, elle saura bien le re- trouver ensuite. H. G.

��EXPOSITION DE PAYSAGES DES PYRENEES, de Charles Lacoste (Galerie Eugène Blot).

Il me semble que, si je voulais faire illustrer Almalde d^Etre- mont, je demanderais à Charles Lacoste de mettre au service de cette prose de Jammes, si cristalline et si pure, sa palette nuan- cée d'artiste.

Charles Lacoste, comme Francis Jammes, aime les PjTénées.

" Dans ce pays l'émeraude argentée des prairies, l'eau bleue du ciel et la verte clarté des pics enchâssent tour à tour la neige des troupeaux et des cascades, les fauves moissons de l'été et les hêtres rougissants du pompeux automne " {Alma'ide d^Etremont).

Dans ce pays des grands espaces, le regard du peintre a pu embrasser d'ampleshorizons,de vastes cieux, de doux vallons soli- taires. Des pacages nourriciers inclinés sur les gouffres où tom-

�� �