Page:NRF 7.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 69

Mais tu ne vous écoutes pas, mais comme un chien de garde tu guettes,

Attentif aux bruits de la porte.

Mais les hommes ne comprennent rien.

ANNE VERCORS. — Voici que les petites filles sont grandes.

LA MÈRE. — Elles .? Non.

ANNE VERCORS. — A qui allons-nous marier ça ?

LA MÈRE. — Les marier, Anne, dis-tu ? Nous avons le temps d'y penser.

ANNE VERCORS. — O fausseté de femme 1 Dis ! Quand penses-tu une chose

Que tu ne nous dises d'abord le contraire, malignité 1 Je te connais.

LA MERE. — Je ne dirai plus rien. ANNE VERCORS. — Jacques Hury. LA MÈRE. — Eh bien .?

ANNE VERCORS. — Voilà. Je lui donnerai Violaine.

Et il sera à la place du garçon que je n'ai pas eu. C'est un homme droit et courageux.

Je le connais depuis qu'il est un petit gars et que sa mère nous l'a donné. C'est moi qui lui ai tout appris,

Les graines, les bêtes, les gens, les armes, les

�� �