Page:NRF 7.djvu/759

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'aventure éternelle 753

XIV

Mon père suivait le " bon prêtre. " Il ferma la porte au loquet. Fantôme prêt à disparaître un rayon de lune épuisait

regagnant F oblique fenêtre^ sur ces deux apparitions, cette farouche clarté verte quon voit glisser dans les Passions

peintes au mur froid des églises sur Jésus et le Gol- gotha. Je songeais aux Dieux des églises... quand le prêtre m'ouvrit les bras.

��XV

��Pour moi ? vraiment ? ces bras ouverts ? Je ne com- pris pas tout de suite ; mais enfin poussé par ma mère qui, me relevant, me dit : " Vite l "

le bon prêtre, ah ! oui, le bon prêtre m^ embrassa comme eût bien dû faire maman tout à l'heure si muette. Lui, du moins, murmurait : " Très cher... "

Papa — génie du foyer mort — soufflait un vain feu sous la cendre. — " Il faut demain sans plus atten- dre vous réveiller d'entre les morts. "

�� �