Page:NRF 7.djvu/762

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


75^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

XX

O ciel où rien n'est de passage^ livide azur^ et devant moiy sur mon village et par delh^ le froid, le froid, le froid, le froid.

Larmes glacées des pauvres toits, de leur fumée comme en veuvage ! Chaumes hérissés de frimas ! Calme cruel du froid village l

Le seul profil de la forêt, criblée d aiguilles, dispa- raît sous mille étincelles furtives et qu'à peine la brise avive.

XXI

Dieu, que c est triste tout cela ! Déjà le ciel est noir de plomb. La forêt s'éteint — n'est plus là... Un prêtre au loin dans les sillons

nous vient portant le viatique. Pour lui le soleil sort des nuées. Tel de l'Astre un rayon biblique prit sa marche devant Josué.

" Mon cher fils l vois comme il est bon... " Je me retourne, ah ! c'est ma mère qui regarde vers nos maisons venir ce prêtre dans l'hiver.

�� �