Page:NRF 7.djvu/763

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'aventure éternelle 757

XXII

Son blanc surplis au vent de bise^ comme une aile, flotte et le suit ; un enfant de chœur, devant lui, porte le crucifix de cuivre ;

ils marchent en courbant le dos, laissant trembler christ et ciboire, tournent à présent la morte eau, noire, où luit un soleil d'ivoire,

du bas marais que ses roseaux entourent d'un cla- quement de dents ! r ai peur ! hostie ou soleil blanc !.. marais ou bouche d'un mourant !..

XXIII

" Est-ce du voisin bourg, là-bas, que l'on entend tinter le glas ?" — " Mon fils, nous n'avons pas d'église. Toujours il sonne à Fleurdelisé. "

— " Est-ce du voisin bourg, là-bas, que l'on entend gémir le glas ? " — " Oui, mon fils. Il est mort hier, ton pauvre vieux jardinier Pierre. "

— " Est-ce du voisin bourg, là -bas, que j'entends sursauter le glas ? " — " Qu'as-tu, mon fils ? " — " Mère, j'ai peur. Mère, entends-tu battre mon cœur ?

�� �