Page:NRF 7.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


yS LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

La trompette qui cite tous les hommes de temps en temps afin que les parts soient redistribuées.

Celle de Josaphat avant qu'elle n'ait fait bruit.

Celle de Bethléem quand Auguste comptait la terre.

Celle de l'Assomption, quand les apôtres furent convoqués.

La voix qui remplace le Verbe quand le chef ne se fait plus entendre

Au corps qui cherche son unité.

LA MERE. — Jérusalem est si loin !

ANNE VERCORS. — Le paradis l'est davan- tage.

LA MÈRE. — Dieu au tabernacle est avec nous ici même.

ANNE VERCORS. — Mais non point ce grand trou dans la terre.

LA MÈRE. — Quel trou ?

ANNE VERCORS. — Qu'y fit la Croix lors- qu'elle y fut plantée.

La voici qui tire tout à elle.

Là est le point qui ne peut être défait, le nœud qui ne peut être dissous.

Le patrimoine commun, la borne intérieure qui ne peut être arrachée.

Le centre et l'ombilic de la terre, le milieu de l'humanité en qui tout tient ensemble.

�� �