Page:NRF 7.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


82 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

MARA. — Voilà encore qu'elle vient me le prendre !

Voilà qu'elle vient me le prendre à cette heure 1 C'est moi

Qui devais toujours être sa femme, et non pas elle.

Elle sait très bien que c'est moi.

LA MÈRE. — Elle est l'aînée.

MARA. — Qu'est-ce que cela fait ?

LA MERE. — C'est ton père qui le veut.

MARA. — Cela m'est égal.

LA MÈRE. — Jacques Hury L'aime.

MARA. — Ça n'est pas vrai ! Je sais bien que vous ne m'aimez pas !

Vous l'avez toujours préférée ! Oh, quand vous parlez de votre Violaine, c'est du sucre.

C'est comme une cerise qu'on suce, au moment que l'on va cracher le noyau 1

Mais Mara l'agache ! Elle est dure comme le fer, elle est aigre comme la cesse !

Avec cela, qu'elle est déjà si belle, votre Violaine !

Et voilà qu'elle va avoir Combernon à cette heure !

Qu'est-ce qu'elle sait faire, la gnolle ? qui est-ce de nous deux qui fait marcher la charrette ?

Elle se croit comme Sainte Onzemilleviergcs !

�� �