Page:NRF 7.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 83

Mais moi, je suis Mara Vercors qui n'aime pas l'injustice et le faire accroire,

Mara qui dit la vérité et c'est cela qui met les gens en colère!

Qu'ils s'y mettent ! je leur fais la figue. Il n'y a pas une de ces femmes ici qui grouille devant moi, les bonifaces ! Tout marche comme au moulin.

— Et voilà que tout est pour elle et rien pour moi.

LA MÈRE. — Tu auras ta part.

MARA. — Voire ! Les grèves d'en haut ! des limons qu'il faut cinq bêtes pour labourer ! les mauvaises terres de Chinchy.

LA MÈRE. — Ça rapporte bien tout de même.

MARA. — Sûrement.

Des chiendents et des queues-de-renard, du séné et des bouillons-blancs !

J'aurai de quoi me faire de la tisane.

LA MERE. — Mauvaise, tu sais bien que ce n'est pas vrai !

Tu sais bien qu'on ne te fait pas tort de rien !

Mais c'est toi qui as toujours été méchante ! Quand tu étais petite,

Tu ne criais pas quand on te battait.

Dis, noirpiaude, vilaine !

Est-ce qu'elle n'est pas l'aînée ? Qu'as-tu à lui reprocher,

�� �