Page:NRF 7.djvu/905

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 899

Non, puisqu'il figure déjà partout. Relisez-le avec soin. Là, rien de Vigny. Tout est douceur, tristesse, consolation, réalisme clair, sensations sensuelles dont Guérin jouit en animal heureux et en homme conscient.

Ce fut un triste et long dimanche des Rameaux...

Voilà le véritable Guérin inoubliable. Ce n'est qu'une note, elle est magnifiquement à lui, celle de l'amitié chantée comme

l'amour.

Je m* en venais vers toi depuis longtemps^ S Jammes Et je t'ai trouvé tel que je f avais rivé.

Je souhaite que longtemps vive en la mémoire des hommes ce merveilleux poème à Jammes qui me suffit pour la gloire de Charles Guérin, et qui, analysé vers à vers, tracera de son auteur une très séduisante figure. Si quelques-uns s'en éprennent au point de vouloir connaître plus encore le poète, ce sera la récompense de son excellent biographe intellectuel, que ces curieux fer\'cnts se servent dans leur recherche du Charles Guérin par Albert de Bersaucourt.

Legrand-Chabrier.

��SITES ET PERSONNAGES, far Edmond Pilon. (Grasset.) Est-ce parce qu'Edmond Pilon écrivit, il y a quelque vingt ans, des vers, que je dirai qu'il est avant tout un poète ? C'est surtout parce que, depuis plusieurs années, avec un art exquis, il anime des sites et recrée des personnages, expliquant tantôt les personnages par les sites qui contribuèrent à leur formation, tantôt les sites par les personnages qui nous en ont laissé d'inou- bliables images.

" Je n^ étais pas en garde, ne nC attendais à rien, dit Michelet, quand la figure de Jacques, dressée sur le sillon, me barra le chemin. "

�� �