Page:NRF 7.djvu/943

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE JEAN-JACQUES 937

Joinville est sans égal, on ne sait quoi d'éternel et déjeune, de vrai et d'idéal, de mitoyen à l'Evan- gile, à Hérodote et aux Confessions mêmes. Le génie chrétien a fait l'Europe. Et si l'Europe, malgré tout, est française en ce qu'elle a de vrai- ment européen, c'est que la France a été très chrétienne. Elle l'est encore, et précisément à la façon de Rousseau. Romaine en son esprit juri- dique, la Révolution est chrétienne dans son fond populaire. Le sang et les massacres sont du diable, si l'on veut. L'accent chrétien fait la puissance de Jean-Jacques, et l'immense retentissement de sa parole en Europe : ce Français de G^nhyç. parle chrétiennement.

" L'ancien petit ami de la grosse Warrens, l'amant de Thérèse, oublieux de ses cinq infanti- cides probables, enseignerait la morale à l'univers entier, du pied même de la chaire de Calvin. "

Injustice qui fait horreur. Lignes meurtrières.

Tout donne à croire que les enfants n'étaient pas de lui. Fussent-ils de lui, il ne les a pas tués. En retour, Pascal parle quelque part de ceux qui tuent en conscience, par opinions probables. Tout le monde ne peut pas doter ses bâtards de duchés pairies, ni les élever pour en faire des princes du sang, sous l'œil de Bossuet. J'ai avec moi Saint- Simon.

�� �