Page:NRF 7.djvu/981

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRES A FANNY BRAWNE 975

Ce Winchester est un joli endroit : il y a une cathédrale superbe et beaucoup d'autres monu- ments anciens dans les environs. La petite boîte qui me servait de chambre à Shanklin est rempla- cée par une belle pièce spacieuse où je puis me promener à mon gré — et qui a une vue magni- fique sur.... un vaste pan de maison dénudé !

N'est-il pas étrange que je la préfère à la vue de mer de notre fenêtre à Shanklin ?...

J'ai commencé par détester jusqu'aux portes d'ici ! et la voix de la vieille dame d'en face m'était un supplice ! — La figure du pêcheur ne s'altère pas plus que votre théière noire — mais le bouton du couvercle a été cassé à mon vrai soulagement ! — Je suis en train de prendre le pittoresque dans une grande aversion et ne saurais encore lui reconnaître quelque saveur que du moment où il vous plaît. J'ai été témoin à Cowes d'une des choses les plus amusantes que j'aie vues ces temps-ci. Le Régent était à bord de son " yatch " ^ (c'est ainsi, je crois, qu'ils l'écrivent) et avait jeté l'ancre en face, — un superbe navire d'ailleurs ! et tous les yatchs et bateaux de la côte passaient et repassaient devant lui, l'encerclant et louvoyant tout autour ; je n'ai jamais rien vu d'aussi silencieux, d'aussi aisé ni d'une pareille grâce. Comme nous traversions pour aller à

' Le mot est écrit ainsi dans l'original — et un éditeur qui l'écrirait " yacht " trahirait la pensée de Keats.

�� �