Page:NRF 7.djvu/980

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


974 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

d'Idalia. Vous êtes mon Juge : mon front est dans la poussière. Vous avez paru offensée d'une petite plaisanterie puérile de ma dernière lettre. Je ne prétendais pas sérieusement que vous vous effor- ciez de me faire tenir ma promesse. Je vous en fais mes excuses. Il n'est que juste que votre fierté s'alarme, sérieusement. — Vous dites que je peux faire ce qui me plaît — en conscience, je ne crois pas que cela me soit possible. Je suis au bout de mes ressources pour le moment, et, je crains, pour quelque temps. Je ne dépense pas d'argent, mais mes dettes augmentent. J'ai, toute ma vie, fort peu pensé à ces choses — elles me semblent ne pas être de mon domaine.

On pourrait y voir une orgueilleuse prétention; mais, par le ciel, je plane aussi complètement au dessus des affaires d'intérêt que le soleil au dessus de la terre ; cependant, quoique je me montre fort négligent à l'endroit de mon propre argent, je dois me montrer économe de celui de mes amis. — Vous voyez comme je vais 1 comme autant de coups de marteau. Je n'y peux rien : une force supérieure m'entraîne. Je n'ai pas l'heureux don des phrases de velours et des formules dorées. Je ne pourrais pas plus vous dire, en ce moment, de douces paroles, que si j'étais engagé dans une charge de cavalerie. Alors, vous me direz peut-être que je ferais mieux de ne pas écrire du tout. Dois-je le faire .

�� �