Page:NRF 7.djvu/990

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


984 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

d'ignorer — mais peut-être fait-il semblant, et alors c'est encore plus humiliant — parce qu'il a l'air d'ignorer ce refus en nous, cet attachement à ce qui en nous est de l'homme. Il ne prend pas au sérieux notre méchanceté ; nous avons beau faire : il ne veut pas la voir.

Et il nous dit que Dieu est pour nous, et non pas contre nous. Rien de plus gênant. Car c'est nous ôter toute objection. Nous ne pouvons plus nous retrancher, nous sommes à découvert en face de Sa bonté. S'il est ami de nous, comment serions-nous ennemis de Lui ? Ce bon livre prêcheur, il vient nous enlever notre grief, amollir notre " raidissement, " nous retirer le droit d'être en guerre. Même, il se moque un peu de nous, qui faisions tant d'histoires pour un dommage imaginaire. Oh ! comme nous voudrions le con- fondre ! Mais quoi : il ne nous laisse d'arme que la mauvaise humeur.

Dieu parle par la bouche de notre hôte. Et tout ce qu'il dit, nous le reconnaissons. Ses paroles ont ce goût de vérité qui ne trompe pas. Quand on est si peu logique, c'est qu'on est bien là. Il n'y a que dans les livres qu'on ne dise jamais que des choses dont on puisse rendre raison :

Tels sont les Jeux, telles sont les inégalités de ma grâce.

�� �