Page:Nansen - À travers le Grönland, trad Rabot, 1893.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
82
À TRAVERS LE GRÖNLAND.

duits
reykjavik. (d’après une photographie.)
sur ce point ; lors du dernier, la tour du phare s’est écroulée, en même temps qu’une masse énorme de rochers s’éboulait dans la mer. Un jour prochain, tout ce morceau de terre sera englouti. Le phare est situé sur un sol essentiellement volcanique[1].

Il y a six ans, j’ai visité ce promontoire. De ma vie je n’ai vu paysage aussi triste. Rien que des rochers de lave nus, ici rouges, là jaunes, au milieu la maison du gardien du phare perdue dans cette solitude. Seuls plusieurs moutons, en quête de nourriture, animaient ce désert. Au-dessus de sources sulfureuses éparses sur la presqu’île s’élevaient des fumerolles, bleuâtres comme celles des fours à chaux.

Devant le Reykjanæs se trouvent plusieurs récifs. Le plus curieux est le Melsæk (Sac de Farine), dont la silhouette rappelle en effet vaguement celle d’un sac placé sur la mer. Ces rochers étaient fréquentés jadis par le grand pingouin (Alca impennis).

Après avoir lutté contre le vent et la mer, qui parfois arrêtaient complètement sa marche, la Thyra arriva dans la nuit à Reykjavik. Notre relâche devant être courte dans la capitale de l’Islande, nous nous levâmes le lendemain de grand matin pour la visiter.

Trois ou quatre cents baraques en bois disséminées sur une plaine, voilà tout Reykjavik. On y voit seulement quelques constructions en pierres, l’Alting — le Parlement islandais — et la cathédrale, tous deux en lave du pays. Il est curieux qu’on ne bâtisse pas davantage avec ces matériaux, alors qu’on doit faire venir les bois de construction de l’étranger, principalement de Norvège. Devant l’Alting se trouve une place couverte de gazon, l’Austarvöllur,

  1. Le Reykjanæs est une plaine de lave située au milieu de la mer.