Page:Nansen - La Norvège et l'Union avec la Suède, trad Rouy, 1905.djvu/45

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
35
résumé de l’histoire de l’union

dette dano-norvégienne qui remontait à l’époque où le Danemark et la Norvège étaient réunis. Le Storthing agit peu sagement en élevant des difficultés à ce sujet, et la somme fut finalement votée.

Malgré les remontrances du gouvernement norvégien, le roi Charles-Jean réunit alors (été de 1821) un camp dit « de parade » auprès de Christiania[1].

Le chiffre des troupes qui, aux termes de l’article 25 de la Constitution, peuvent être appelées en temps de paix, d’un pays dans l’autre pour y exécuter des manœuvres, est fixé à 3,000 hommes au maximum ; le camp de parade se composa donc de 3,000 hommes de chaque pays ; les troupes norvégiennes étaient pourvues de cartouches à blanc, tandis qu’une indiscrétion permit de savoir que les troupes suédoises avaient apporté avec elles des munitions de guerre. En même temps, une flotte suédoise, armée de 300 canons et portant 2,000 hommes d’équipage, entrait dans le port de Christiania ; Charles-Jean lui-même arriva à Christiania en compagnie de généraux, d’amiraux et de diplomates étrangers. Il présenta au Storthing une série de propositions qui tendaient à une refonte de la Constitution norvégienne.

  1. La situation économique de la Norvège était alors loin d’être prospère ; un pareil camp de parade entraînait des dépenses trop fortes pour les ressources du pays ; aussi le gouverrnement estima-t-il que le moment était très mal choisi pour prendre cette mesure bien superflue.