Page:Nansen - La Norvège et l'Union avec la Suède, trad Rouy, 1905.djvu/46

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
36
la norvège et l’union avec la suède

Si l’on rapproche l’attitude de Charles-Jean à ce moment de la célèbre circulaire du ministre suédois des Affaires étrangères en date du 1er juin 1821, circulaire dont le but était, sous le prétexte d’attaques totalement injustifiées contre le peuple norvégien, de chercher à préparer les puissances étrangères à l’éventualité d’un coup d’État, il apparaît comme très probable qu’un coup d’État avait été réellement projeté, mais que l’idée en fut abandonnée au dernier moment ; nous n’avons pas à rechercher ici quels peuvent être les motifs de ce brusque changement de front[1].

Le Storthing suivant qui eut à délibérer sur les propositions royales, visant un remaniement de la Constitution, les repoussa énergiquement.

La note-circulaire du 1er juin 1821 montre bien comment le ministre suédois des Affaires étrangères, et les ambassadeurs suédois, représentants provisoires jusqu’ici de la Norvège, en partie payés par nous, peuvent être employés au détriment de notre pays ; il est monstrueux que des représentants irresponsables vis-à-vis des autorités norvégiennes puissent user ainsi de notre argent, contre l’intérêt de notre patrie.

Dans cette note[2], le roi de Norvège faisait savoir aux grandes puissances, par son ministre

  1. J.-E. Sars, Histoire politique de la Norvège, de 1815 à 1888. Christiania, 1904, p. 61-71.
  2. L’extrait qui suit de la note-circulaire est emprunté au Verdens Gang du 20 avril 1905.

    Voir également J.-E. Sars, l. c.