Page:Nansen - La Norvège et l'Union avec la Suède, trad Rouy, 1905.djvu/93

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
83
la question des consulats

ciaux au ministre des Affaires étrangères suédois. »

Ce langage du principal organe des classes aristocratiques en Suède prouve donc qu’il reconnaît sans honte, que la manière d’agir de M. Boström, en 1904, était ouvertement une rupture à une entente, ou, comme il l’exprime, « un retour à son ancien point de vue ».