Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/212

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
30
LES APHRODITES


dant un scrupule de vous enlever à la profonde rêverie dans laquelle vous m’avez paru plongé. Vous preniez tant de soin à ne pas être distrait, que c’est à cause de vous surtout que je me reproche ma maladresse. „

Madame Durut. — Vous lui serriez le bouton un peu fort ; voyons comme cela prendra.

La Marquise. — “ Avouez, continuai-je, que vous avez du guignon. Vous venez exprès vous égarer dans une solitude. Un portrait vous occupe… Oui, monsieur, j’ai très-bien vu, tout en lisant, qu’un portrait, charmant sans doute, était l’objet de votre amoureuse attention, que vous auriez voulu vous trouver seul au monde avec lui. Point du tout, il faut qu’une étourdie vienne se donner une entorse à côté de vous… — Ne vous occupez pas de moi, madame : comment vous trouvez-vous maintenant ? — Je ne sens presque plus de mal ; au surplus, vous faites bien de prendre quelque intérêt à mon accident, car vous en êtes cause… — Moi, madame, je serais assez malheureux ! — Il n’y a pas de votre faute, mais… vous