Page:Nerlinger - Billets d'automne, 1893.djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

ma fenêtre à contempler le vieil édifice se voilant peu à peu de ténèbres épaisses, morne maintenant, et devant mes yeux dé- filent, comme en un rêve, le souvenir des années vécues et à jamais évanouies !