Page:Nerval - Choix de poésies, 1907, éd. Séché.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


 « Là sont des hoiumes indomptables.
Au cœur de fer,
Des rochers noirs et redoutables
Comme les abords de l’enfer.
« Ils ont amené des canons
Et des houzards et des dragons.
— Vous marchez tous, ô capitaines !
Vers le trépas ;
Contemplez ces roches hautaines,
N’avancez pas !

« Car la montagne a des abîmes
Pour vos canons ;
Les rocs détachés de leurs cimes
Iront broyer vos escadrons.
Monténégro, Dieu te protège.
Et tu seras libre à jamais.
Comme la neige
De tes sommets ! »





CHANT SOUTERRAIN


Au fond des ténèbres.
Dans ces lieux funèbres.
Combattons le sort :
Et pour la vengeance.
Tous d’intelligence
Préparons la mort.

Marchons dans l’ombre ;
Un voilé sombre
Couvre les airs :
Quand tout sommeille,
Celui qui veille
Brise ses fers !