Page:Nerval - Voyage en Orient, I, Lévy, 1884.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
5
INTRODUCTION.

Voilà quelle était l’austère déesse adorée à Sparte, à Corinthe et dans une partie de Cythère aux âpres rochers ; celle-là était bien la fille des mères fécondées par le sang divin d’Uranus, et se dégageant froide encore des flancs engourdis de la nature et du chaos.

L’autre Vénus — car beaucoup de poètes et de philosophes, particulièrement Platon, reconnaissaient deux Vénus différentes — était la fille de Jupiter et de Dionée ; on l’appelait Vénus Populaire, et elle avait, dans une autre partie de l’île de Cythère, des autels et des sectateurs tout différents de ceux de Vénus Uranie. Les poètes ont pu s’occuper librement de celle-là, qui n’était point, comme l’autre, protégée par les lois d’une théogonie sévère, et ils lui prêtèrent toutes leurs fantaisies galantes, qui nous ont transmis une très-fausse image du culte sérieux des païens. Que dirait-on dans l’avenir des mystères du catholicisme, si l’on était réduit à les juger au travers des interprétations ironiques de Voltaire ou de Parny ? Lucien, Ovide, Apulée, appartiennent à des époques non moins sceptiques, et ont seuls influé sur nos esprits superficiels, peu curieux d’étudier les vieux poèmes cosmogoniques dérivés des sources chaldéennes ou syriaques.


ii — LA MESSE DE VÉNUS


L’Hypnérotomachie nous donne quelques détails curieux sur le culte de la Vénus Céleste dans l’île de Cythère, et, sans admettre comme une autorité ce livre où l’imagination a coloré bien des pages, on peut y rencontrer souvent le résultat d’études ou d’impressions fidèles.

Deux amants, Polyphile et Polia, se préparent au pèlerinage de Cythère.

Ils se rendent sur la rive de la mer, au temple somptueux de Vénus Physisoé ? Là, des prêtresses, dirigées par une prieuse mitrée, adressent d’abord pour eux des oraisons aux dieux Foricule, Limentin, et à la déesse Cardina. Les reli-