Page:Nichault - Laure d Estell.djvu/247

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LIV


Frédéric vient d’arriver, il est dans un état de délire qui fait pitié… il a résolu de donner sa démission, ne voulant plus défendre au péril de sa vie un pays où règne l’injustice… Nous espérons qu’il ne persistera pas dans cette résolution, bien qu’elle soit inspirée par l’exemple le plus décourageant.

Tu sais qu’il avait dessein de dénoncer l’abbé de Cérignan à l’archevêque d’A*** pour en obtenir vengeance. Il s’est en effet présenté chez lui, quand après lui avoir remis la lettre qui accusait l’infâme suborneur, il a entendu sortir ces mots de la bouche du prélat :

« — On vous a trompé, monsieur, cette lettre n’est point signée de mon neveu, et l’on a seulement contrefait son écriture. Les mœurs et la pitié du vertueux abbé de Cérignan ne sauraient être atteints de cette calomnie.

Frédéric indigné d’une telle réponse, se leva aussitôt, et demanda où logeait l’abbé de Cérignan.

— Vous le chercheriez en vain, reprit froidement l’archevêque, il est parti cette nuit pour Rome, je l’ai chargé d’une mission importante près le souve-