Page:Nichault - Laure d Estell.djvu/249

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

crainte de lui déplaire est celui qui m’occupe le plus.



LV

Laure à Juliette.


Le calme renaît ici… Au désespoir a succédé la douleur, à la douleur la mélancolie. Ma belle-mère se porte mieux depuis qu’elle est moins inquiète du sort de Caroline. Frédéric a été voir sa sœur, et les pleurs qu’ils ont versés ensemble ont soulagé leurs cœurs. Il est revenu au château avec un sentiment de reconnaissance pour moi, qu’il m’a exprimé si vivement, que James et madame de Gercourt en ont paru scandalisés. Depuis ce moment je n’ai pas revu James ; cependant le désir de le rencontrer m’a fait aller à Savinie ; j’ai passé une soirée avec Lucie, mais son frère n’a pas daigné monter dans son appartement ; et je suis repartie l’âme oppressée et les larmes aux yeux. En rentrant chez moi, j’ai appris de Lise que madame de Gercourt avait eu dernièrement une longue conversation en se promenant dans le parc avec lui ; aussitôt l’idée m’est venue qu’elle m’avait calomniée ; et que la conduite de James était la suite des effets de sa méchanceté. Présumant qu’il me se-