Page:Nicolet - Le Martyr de Futuna.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


VI APPROBATIONS .

vous venez d’ecrire et que vous allez publier. J’ai done lu votre volume avec une scrupuleuse attention ; et je dois dire tout d’abord que je n’y ai rien trouve qui ne fut de la plus exacte orthodoxie. Je me hate d’ajouter que j’ai goute un grand charme dans la lecture de ces pages interessantes, et, en meme temps, j’ai constate qu’il s’en degage un parfum de piete qui, embaumant 1’Sme, ne sera pas 1’un des moins vifs attraits de votre livre. A force de patientes investigations, vous etes arrive a recomposer la trame de cette existence a la fois si courte et si remplie, et vous la faites revivre dans un style d’une elegante simplicite et avec un accent de verite d’un effet saisissant. Les documents abondent entre vos mains ; les correspondances, les temoignages, vous avez su les disposer habilernent, sans nuire a la marche durecit, et dans ce cadre apparait lumineuse la douce et caracteristique physionomie du Venerable Pere Chanel. Votre ouvrage, j’ose le predire, ne sera lu sans interet et sans profit par aucune categoric de lecteurs. Les personnes du monde y verront avec une profonde edification a quel degre d’heroisme peut s’elever le devouement inspire par le Catholicisms. Notre ceuvre naissante de la Clericature trouvera un modele a suivre dans cette ecole presbyterale de Cras ou s’est developpee la vocation du futur apotre. Mais votre livre pourra surtout servir de Manuel et de guide aux ecoliers, aux seminaristes, aux pretres, aux professeurs, aux missionnaires. Le serviteur de Dieu leur a trace la voie : Et quid non potero quod isti et istce ? Votre publication est done appelee, d’apres mon humble avis, a produire un grand bien ; c’est le meilleur dessucces et laseule recompense que votre zele ambitionne. Elle aura de plus, j’en ai la douce confiance, pour resultat de h^ter la beatification du Venerable Pere Chanel, le premier martyr et la gloire de la Societe de Marie.

Daignez agreer, mon Reverend Pere, 1’expression de mon respectueux devouement.

A. DUBOURG, Vic. gen.