Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/150

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


font traitée jugqulà P1°éS9l1Lll y a’(l&11S 10 llS l6l. Il’S l-I’&•vaux quelque chase de palliateur, de soumis, de satisfait et le cours des choses 8. leur pleme appI’olJ&t10¤· C est beaucoup dégât quand l’un d’eux donnée entendre qu xl %’ ’ V gg ; Satisfait parce que les choses auraient pu tpllrner ’Au. · l plusimal ; la plupart d’entre eux voient involontairement ’mondes. S1 létude de l’histoire n étaitpas 10u ]0111TS U}18 V tuéodicéé chrétienne déguisée, g ; l’h[StOl[’8 était eclïê avec plus de justice et plus d’ardeu1= sympath1que, e e I ggpaü, vraiment apte à rendre les SBPVICGS 8l1Xql1BlS OD ]’cm. P]0[e mam1, gn3m ; ; comme narcol.1q-ue cD1111l’8 l-Ull·¢S É’les tendances révolutionnaires et novatrices. 1 td ·

Il en est de même de la ph1losoph¤e, dont la p ·1Püî’f p g $6118 118 VBl8Ht SB S6I’Vll’ (IVUB pol1l’ 3pPI’8Ii(ll’6 CODCBVDIP l’·’’ll les Choses à peu Près —très- Peu Près—.- Pofur Bnbîrendlî ensuite leur part1. Ses représentants les plus D0 GSI t W tent sr bien en relief son mfluence calmante et conS0 #1 4 - que les paresseux Bi ¤€¤X (lm Sûü’9 avides ëe œF°$ lïu * Q vent se eercer de l’1llus10n -qu’1ls Areohëfchënt il GS. p chose que les philosophes. Pour moi, par conëreé a qclzm ~ l fr tien essentielle de toute phxlosophle me pam ll WB ’ dg Savoir jusqu’} ; quel, point les choses ont UBB f0I’1’ !18 Bl lun caractère lmmüàlllô, POU ? Pouvoir lînsultm que o cette question aura été résolue, poursugre aveo dzns ’ · bmvoureà toute épreuve lamélzomtzon e ce q nt ~ ce monde sera reconnu susceptible de chanîemë T = C’est ce iqu’ense1gnent aussi les Vl’3l$ phllosop Bîdlê le 0 res actions, en trava1llant-à améliorer 13’ ?· 1 eurs pr P (u aux ’ changeantes des l10mIl16S GIL GD U6 gardant Pîts Pa ; nt w z : seuls la sa essequüls ont acqmse. C est ce €f üUSBr-g’ z ?ië ?’ ? ;’îëÉ$€’î —’ ’-