Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/175

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


non seulement déborder de douleur et de pitié, mais aussi de nouveaux et dïrrésistibles désirs. Celui qui voudrait délivrer l’art et lui rendre se sainteté profanée devrait-d’abord-se délivrer lui-même de l’àme moderne ; ce n’est qu’après avoir retrouvé son innocence qu’i.l’pourra découvrir l’in-noeence de l’art ; il lui restera à se soumettre à deux grandes purilîcations et à une double consécration. S’il sortait vainqueur de l’épreuve, si, du fond de son· ame délivrée, il parlait aux hommes le langage de son art délivré, il se verrait plus que jamais exposé au plus grand danger, forcé au plus rude combat ; car les hommes le réduiraient en morceaux, lui et son art, plutôt que d’avouer à quel point ils sont saisis de honte à leur aspect. Il ne serait pas impossible que le seul rayon de lumière que pût espérer notre époque, que la délivrance de l’art restât un événement réservé à quelques âmes solitaires, tandis que le. grand nombre supporterait indéfiniment la contemplation de la lueur vacillante et enfumée d’un art à leur usage. Ils ne veulent pas la lumière, mais l’éblouissement ; ils détestent la lumière, lorsque c’est sur eux qulelle jette ses rayons.

C’est pour cela’qu’ils évitent le nouveau messager de lumière ; mais ce messager les suit, poussé par l’amour qui l’a fait naître et il veut les soumettre. ce I l vous faut être initié à mes mystères, leur dit-il, vous avez besoin de leurs purifications et de leurs émotions. Faites-en l’essai pour votre salut, abandonnez les sombres parages de la nature et de la ·vie que vous semblez seuls connaître !’ Je vous conduirai dans un mondequi, lui aussi, est réel. Vous direz vous-mêmes, lorsque vous quitterez ma ca-