Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


templation tragique, tandis que l’infini de la voûte noc­turne constellée d’étoiles se déploie au-dessus de nous. Ce chef a lui-même été le premier à suivre cette voie. Il considéra l’image de la vie comme un ensemble et l’in­terpréta comme un ensemble. C’est en cela qu’il fut grand, tandis que les esprits les plus sagaces ne peu­vent se délivrer de l’erreur qui consiste à croire que l’on serre de plus près cette interprétation, quand on examine minutieusement les couleurs qui ont servi à peindre cette image, la toile sur laquelle elle est fixée et que l’on est peut-être arrivé à ce résultat que c’est une toile dont la trame est embrouillée et que les cou­leurs ne peuvent s’analyser chimiquement. Il faut de­viner le peintre pour comprendre l’image, c’est ce que savait Schopenhauer. Or toute la tribu des gens de science «s’applique à comprendre cette toile et ces couleurs, sans comprendre l’image. On peut même dire que celui-là seul qui a fixé ses regards sur l’ensemble du tableau de la vie et de l’être pourra se servir des sciences spé­ciales sans en éprouver de dommages car, sans ces vues et ces règles générales, les sciences spéciales ne sont que des traquenards, et nous nous sentons alors pris dans les mailles d’un filet interminable, où notre existence s’embrouille dans un labyrinthe sans fin.

C’est en cela, je le répète,que Schopenhauer est grand, qu’il poursuit cette image, comme Hamlet poursuivit le spectre, sans se laisser détourner à la manière des savants, ou sans s’abandonner à la scolastique abstraite, comme c’est le sort des dialecticiens indomptés. L’étude des demi-philosophes n’a d’attrait que parce que l’on se rend compte que ceux-ci tombent toujours, dans les