Page:Nietzsche - Le Cas Wagner (trad. Halévy et Dreyfus).djvu/34

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la vieille société ? » Il n’y a qu’un moyen : déclarer la guerre aux « Conventions » (Tradition, Morale).C’est ce que fait Siegfried. Il commence de bonne heure : sa naissance est déjà une déclaration de guerre à la morale, — il vient au monde grâce à l’adultère, à l’inceste… Ce n’est pas la légende, mais Wagner est l’inventeur de ce trait radical ; sur ce point il a corrigé la légende… Siegfried continue comme il a commencé : il ne suit que la première impulsion, il démolit toute tradition, toute vénération, toute crainte. Ce qui lui déplaît, il le renverse à coups d’épée. Il court droit aux vieilles divinités, sans respect, à l’assaut. Mais son entreprise capitale tend à émanciper la femme, — à « sauver Brunehilde »… Siegfried et Brunehilde ! le Sacrement de l’Amour libre ! l’aurore de l’Âge d’or ! le Crépuscule des Dieux de la vieille morale ! — le Mal est aboli… Le vaisseau de Wagner suivit longtemps cette voie, avec joyeuseté. Sans aucun doute, Wagner cherchait en elle son but le plus élevé. — Qu’advint-il ? Un malheur. Le vaisseau de Wagner donna sur un écueil ; Wagner s’implanta.